Publié par Laisser un commentaire

Le champ des idées folles

La programmation neurolinguistique (PNL) enseigne, entre autres choses, qu’en chacun d’entre vous se trouvent les ressources nécessaires à votre propre changement. Voilà bien une vision humaniste propice à la responsabilisation et à la prise en main de votre vie. Mais peut-être avez-vous besoin d’un coup de pouce pour savoir par où commencer ? Félicitation ! Vous venez de trouver une première piste sur cette page.

Principe de base

serenite
« Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme ».
Ce principe, vous l’avez sans doute entendu dans un cours de science physique lors de vos études. Vous savez donc qu’il s’applique à la nature, bien entendu. Mais par conséquent il s’applique également à vous !
Quand bien même vous n’en êtes pas conscient, des potentiels existent déjà en vous. À vous de venir les trouver, les découvrir. À vous de venir transformer et améliorer votre système personnel. Et c’est justement l’un des rôles des praticiens en PNL : vous accompagner dans la mise en lumière de vos potentiels. Mais vous pouvez aussi commencer à avancer par vous-même sur ce chemin rempli de découvertes.

Votre attitude au quotidien

Sous stress, bon nombre de personnes sont dans une volonté d’action perpétuelle. Dans le « faire ». Faire des choses, toujours plus de choses. S’occuper l’esprit, surtout ne pas s’arrêter.
Je vous encourage pour ma part à aller voir à un autre endroit. Du côté du « qui ». Du côté des qualités d’« être ». Être joyeux, être heureux, être amusant, être inventif et créatif…
Entre « faire rire » et « être amusant », la différence est subtile, mais elle existe néanmoins. Lorsque vous êtes dans l’« être », vous vous appropriez pleinement votre expérience, en conscience.
black and gray cruiser motorcycle
Voilà donc la direction que je souhaite vous proposer. 
Et je vais le faire d’une façon un peu particulière puisque je vais vous demander de faire ressurgir vos idées follesCelles-là mêmes dont vous avez le plus envie.
Celles qui déclenchent chez vous un puissant et profond besoin de réalisation. Prenez la première qui vous vient à l’esprit, la plus folle que vous puissiez imaginer.
Laissez-la prendre racine en vous.
C’est le moment de vous autorisez cela.

Commencez à semer dès maintenant

person in brown leather boots standing on brown sand during daytime

Pour la suite, prenez un carnet, tout simple, ou bien des post-it. Le matin au réveil, dans la journée ou juste avant de fermer l’œil, peu importe, notez cette idée folle qui vous vient en tête. Écrivez là absolument ! C’est la base.

J’ai souvent la chance d’être entourée de personnes ayant des idées extraordinaires et qui me les partagent. Systématiquement, je leur dis « Note-les ! ». Et à chaque fois la même réponse : « Oh non, tu parles, ça sert à rien… ».

À vrai dire peu importe ce que deviendra vraiment cette idée, la seule chose importante à cet instant précis est de la noter !

Ce carnet peut-être allez-vous l’égarer au bout d’un moment. Ce n’est pas grave, cela arrive souvent. Mais quand vous aurez la chance le retomber dessus « par hasard », sans doute vous rendrez-vous compte que certaines de vos folles idées se sont concrétisées. Cela vous donnera d’autant plus de volonté et de détermination pour accomplir le reste de votre précieuse « to do list ».

Par cet acte si simple de poser noir sur blanc une idée, un projet, vous semez un début de quelque chose dans le vaste champ des possibles. Et soyez sûr que parmi toutes ces graines vous verrez pousser certains des plus beaux accomplissements de votre vie et vous aidera à sortir de votre stress quotidien.

Vous le visualisez ce vaste champ de graines aux idées folles ? Imaginez-le… et nourrissez-le de vos rires, de vos larmes, de vos espoirs, de vos questionnements et de votre créativité…

Sortez de votre stress, faites germer toutes ces idées folles, car vous en avez le pouvoir. Et surtout, faites-le en vous amusant !

Que votre attitude positive devienne virale !

Merci à Fatima Redjimi (Coach et Formatrice en PNL) et à Kevin Maitre pour leurs aides à la rédaction de cet article

Luz Angelly TORRES

Luz Angelly TORRES

Coach en PNL, formatrice à l'Institut Gautier
www.luzangellytorres.ch
www.neurodanse.ch

Suivez-nous sur le réseau social de votre choix !

Institut de Formation Yannick Gautier

Faites évoluer votre vie à un niveau supérieur

Institut de Formation Yannick Gautier – Rue du Simplon 5 – 1020 Renens – Suisse – Tel : +41 79 319 13 72

Publié par Laisser un commentaire

Angoisse face au virus ?

>> Nos conseil pour gagner en sérénité <<<

Nous continuons de traverser cet état de crisis qui secoue et mobilise les populations de toute la planète. Cette situation hors norme se prête particulièrement bien à la résurgence d’angoisses, de peurs et de phobies de toutes sortes. C’est donc aussi l’occasion pour chacun de se tourner vers son « soi intérieur » et tenter de comprendre comment il est possible d’avancer plus sereinement à travers cet évènement.

Peur du virus ? Peur de la mort ?

angoise

Cette angoisse qui émerge suite à l’apparition du Covid19 ne serait-elle pas un reflet de cette angoisse humaine universelle qu’est la peur de la mort ? Cette question est à la base du cheminement de cet article et de mon conseil pour vous aider à retrouver une paix intérieure.

Si vous avez déjà abordé le sujet de la mort dans une discussion, vous avez sans doute constaté qu’il est difficile de rassurer ou de mettre à l’aise une personne en évoquant ce sujet. C’est l’évidence même de dire que la mort est effrayante pour la plupart des êtres humains.

L’impact psychologique du nombre de décès liés au Covid19

Dès les premiers jours de l’épidémie, les médias ont lancé le compteur des décès liés au virus. Et tout autour du globe, les journaux se sont attelés à tenir le décompte quotidien des morts qui n’en finissait plus d’augmenter.

Je me permets de porter votre attention sur la façon dont la communication de l’information joue un rôle prépondérant dans l’apparition des stress et autres angoisses. Et en particulier la manière dont les informations sont communiquées. Revenons à ce fameux décompte quotidien des décès. Mon but n’est pas de juger la pertinence de cet indicateur. Chacun se fera son opinion.

l’information joue un rôle

Mais prenez quelques instants pour observer le mécanisme psychologique qui se met en place lorsque vous voyez de façon répétée le nombre de victimes qui grandit sans cesse. Combien sont alors capables d’analyser cette information en gardant la tête froide ? Sans se faire parasiter par le jeu subtil des émotions qui, inévitablement, influenceront les prises de décisions à venir ? Comment la partie reptilienne de votre cerveau, en charge de votre instinct de survie, interprète-t-elle cela ?

Sans aucun doute de cette manière :

1 – Je constate qu’il y a de plus en plus de morts liés au virus

2 – J’ai peur de mourir

3 – Donc j’ai peur du virus

4 – Je dois absolument me protéger du virus pour ne pas mourir

Et c’est à cet instant précis qu’il vous est possible de basculer dans une psychose, plus ou moins légère, si vous n’y prenez pas garde. Cet état peut vous amener à modifier vos comportements de façon parfois extrême vis-à-vis de la situation réelle. Par exemple, je constate que de nombreuses personnes mettent des masques en conduisant leurs voitures.

Se prémunir, se protéger et anticiper les problèmes est essentiel. C’est le cas concernant ce virus. Mais certainement pas au prix de votre libre pensée. Vous devez pouvoir garder votre capacité à raisonner. Or, si vous êtes submergé par la peur, vous serez incapable de penser de façon globale et constructive. Vous serez trop focalisé sur l’objet de votre peur. Comme un effet tunnel qui vous prive de la vue d’ensemble nécessaire à la résolution des situations qui vous préoccupent. La peur est malheureusement un levier très puissant pour qui souhaite manipuler autrui, mais ce n’est pas là l’objet de cet article.

Gardez également à l’esprit que les données dont nous sommes abreuvées sur ce sujet sont systématiquement parcellaires et parfois complètement contradictoires. Tout un chacun trouvant finalement une information plus au moins exacte mais qui sera en accord avec son mode de pensée. Cela contribue néanmoins, pour une partie de la population, à une perte de repères.

perte de repères

Pour en revenir au thème central de cet article, je dirais que ce mécanisme de communication vous fera voir la mort comme un évènement extraordinaire et inhabituel. Cela aura donc pour effet d’amplifier son côté angoissant. Si cette pensée vous inquiète alors il faudra vous rappeler la place qu’occupe depuis toujours la mort dans le quotidien de l’humanité.

Quelle façon d’appréhender la mort ?

Bien heureusement les gens ne meurent pas tous les jours dans votre entourage mais pour autant des gens meurent chaque jour dans le monde. C’est une évidence de le dire et pourtant il est tout à fait commun de mourir depuis la nuit des temps. Ce n’est ni plus ni moins qu’un processus naturel inhérent à notre statut d’être vivant et conscient. Vous avez tous déjà entendu les commodités du type “la mort fait partie de la vie” ou encore “la vie est une maladie dont le taux de mortalité est de 100 %”. Pour autant ce genre de phrases nous rappellent à quel point la mort est un phénomène biologique inéluctable.

décédées

Si vous regardez un peu les statistiques mondiales, pour 2020 nous sommes à environ deux morts par seconde, toutes causes confondues. Le temps que vous ayez lu cette phrase quatre personnes sont décédées quelque part sur la planète. Sur ce sujet, il me semblait important de replacer les choses dans un contexte global

Oui ce virus a fait de trop nombreuses victimes et encore une fois il n’est pas question de remettre en cause ici la gestion de cette crise sanitaire mais bien de voir comment il vous est possible de rester serein et en paix dans ce type de situation.

Pourquoi la mort vous fait-elle si peur ?

Oui, la mort est une grande inconnue. Oui elle est inévitable, elle peut frapper à tout instant et paraître tout à fait injuste. Nous privant de ceux à qui nous tenons de façons parfois aussi violentes qu’inattendues. Que de bonnes raisons d’en avoir peur et de ne pas souhaiter en parler, n’est-ce pas ?

Pourtant elle est aussi l’un des rares points communs à tous les êtres humains et plus largement, à toutes les espèces vivantes. Voilà une étape obligatoire, et même la dernière diront certains, dont chacun se fera sa propre vision selon son vécu. J’espère que ces quelques mots ne vous ont pas mis mal à l’aise. Mais si c’est le cas, continuez de lire, vous pourriez trouver de précieux conseils pour gagner en sérénité dans cette étrange période,

 

Mon conseil pour diminuer votre angoisse et booster votre santé

C’est très simple. Réconciliez-vous avec le concept de mort, de fin de vie, et vous verrez vos stress diminués significativement. L’un des nombreux bienfaits que vous y gagnerez est une amélioration de votre santé. Le tapping enseigné dans la formation de Technique de Pacification Émotionnelle (TPE) ou de l’EFT est un outil simple et très efficace pour faire diminuer significativement vos angoisses.

EFT

Il est maintenant prouvé que l’un des boosters du système immunitaire est le sentiment de sérénité, de paix intérieure. A contrario nous savons tout aussi bien que le stress et l’angoisse affecte tout autant votre système immunitaire, mais cette fois en le dégradant. Dans le cas précis du corona virus, il est bien évidemment primordial d’avoir le système immunitaire le plus compétent et robuste possible. La cohérence cardiaque est un outil simple et très efficace pour dissiper le cortisol, booster votre système immunitaire et votre mémoire.

Je vous invite donc à normaliser cette idée de la mort. Apprivoiser votre peur de la mort en acceptant son caractère banal et quotidien. Après tout, nous devrons tous passer par cette étape, non ? Et si les autres y arrivent, personnellement je crois que je pourrais y arriver aussi ! Bien sûr, le plus tard sera le mieux. Mais à trop vivre sans accepter la réalité de la mort, il arrive souvent que l’être humain vive comme s’il était immortel

Remettant à demain ce qu’il a encore “toute la vie” pour faire… D’ailleurs vous avez sans doute constaté comme la disparition de personnes autour de vous a tendance à remettre les pendules à l’heure sur ce sujet. Cela a aussi souvent le pouvoir de rebooster les projets personnels, ces fameux “projets de vie”. Les outils de la Programmation Neuro Linguistique ou PNL vont vous aider à prendre du recul face à ces situations problématiques, à fixer des objectifs en phases avec vos valeurs et à mettre en place des stratégies efficaces pour les atteindre.

Tendre vers l’harmonie

Pour vous rassurer voici une information sur le mode opératoire des virus naturels. Il a été constaté que ces derniers obéissent à une intelligence biologique naturelle. Cette intelligence fait qu’ils ne cherchent pas à tuer tous leurs hôtes. En effet un virus a besoin de ses hôtes pour survivre. La fin de l’humanité ce n’est pas pour cette fois !

Par contre, il va nous falloir apprendre à vivre avec lui, que ce soit par le biais d’une immunité naturelle ou d’une immunité artificielle via des procédés pharmaceutiques. Nous allons devoir composer avec lui comme nous composons déjà avec tous les virus et bactéries existantes. Je trouve que la notion, maintes fois reprises, de “guerre contre le virus” n’est pas adéquate. D’une façon ou d’une autre nous devrons trouver une harmonie, un point d’équilibre avec lui comme nous l’avons fait avec d’autres virus.

La fin de l’humanité ce n’est pas pour cette fois !

De ce que nous savons, c’est bien la main de l’Homme qui, en dégradant toujours un peu plus les écosystèmes de la planète, a fait sortir de leur environnement ce type de virus inoffensif pour d’autres espèces.

vivre

Je vous encourage donc encore une fois à vous protéger conformément aux règles en vigueur là où vous vous trouvez. Mais surtout prenez un moment pour écouter vos peurs. Réalisez que vous n’êtes pas vos peurs et qu’elles n’ont pas à prendre le pas sur vos capacités d’analyses et de réflexions. Tout particulièrement votre peur de la mort. Au contraire, continuez de vivre pleinement chaque instant. Observez votre état intérieur lorsque vous n’avez plus peur de mourir. Lorsque que vous êtes en paix avec cette idée. Levez-vous le matin en vous disant “Aujourd’hui, je n’ai pas peur de mourir” et voyez comment cela modifie votre perception et votre comportement. Testez donc ! Ça ne coûte rien et cela vous apportera beaucoup.

Merci à Wilmer Hernandez  ( Pédopsychiatre) et Kevin Maitre pour leurs aides à la rédaction de cet article.

Yannick Gautier

Yannick Gautier

Souriez, la vie est belle.

Soyez doux avec vous-même

Créateur de l’Institut Gautier

Suivez-nous sur le réseau social de votre choix !

Institut de Formation Yannick Gautier

Faites évoluer votre vie à un niveau supérieur

Institut de Formation Yannick Gautier – Rue du Simplon 5 – 1020 Renens – Suisse – Tel : +41 79 319 13 72

Publié par Laisser un commentaire

Vous ne savez pas dessiner ? Désolé, cette excuse n’est pas valable ! ;-)

Est-ce que je peux apprendre à utiliser efficacement ces outils de la pensée visuelle même si je ne sais pas dessiner ?

Voilà une question qui revient de façon récurrente lorsque vous commencez à porter votre intérêt sur ces outils. Qu’il s’agisse du sketchnoting ou du Mind Mapping, beaucoup semblent penser qu’il faut avoir des talents d’illustrateurs pour utiliser ces outils. Et bien sur ce point, ils se trompent ! D’ailleurs, les premiers sketchnotes que vous serez amené à produire ne contiendront pas de dessin. L’illustration de votre sketchnote sera en quelque sorte la cerise sur le gâteau.

Car le plus important est votre capacité à détecter les idées clefs et à les regrouper sous formes logiques. Il est impératif que vous soyez à l’aise avec cette étape avant de passer à la suite. Le dessin viendra après, en complément, pour renforcer la prise de notes des idées clefs. Et ce sont vos dessins qui donneront un effet personnalisé, fun et impactant à votre sketchnote. Mais quel que soit votre talent graphique actuel, vous êtes tous capable de dessiner des choses simples et donc d’utiliser ces outils de la pensée visuelle.

En complément de ces précisions, vous devez savoir qu’il existe une manière de dessiner spécialement adaptée pour la pensée visuelle. Elle vous permettra de transformer des idées et des concepts en dessins très simples en quelques traits. Cette méthode se base sur un alphabet visuel, très connu dans le monde du sketchnoting. Puis lorsque vous serez familiarisé avec cet alphabet, vous pourrez compléter vos dessins en suivant différents processus tels que l’ingénierie inverse ou la création d’une banque de pictogrammes.

 Et l’écriture alors ?

Voilà un autre sujet qui pose question aux apprentis sketchnoteurs. Il faut bien le reconnaître, il existe autant d’écritures manuscrites que de personnes sachant écrire. Vous en avez peut-être fait l’expérience, certaines de ces écritures sont quasiment illisibles ! La bonne nouvelle c’est qu’il vous est possible, en 10 minutes, d’apprendre à écrire de façon très lisible. Et ce, même si vous êtes un adepte des pattes de mouches ou que vos listes de courses n’ont rien à envier aux prescriptions médicales indéchiffrables de votre médecin. Comme pour les pictogrammes il existe des méthodes simples que vous pouvez acquérir rapidement.

Sur ce sujet précis, voici l’un des secrets de nombreux sketchnoteurs :

– Arrêtez de penser que vous devez absolument écrire des mots, pensez plutôt que vous êtes en train de dessiner des lettres.

Ça n’a l’air de rien comme ça, mais vous vous apercevrez vite que ce petit twist mental fait toute la différence. Une lettre se compose de bâtons et de courbes. L’idée est de lever votre crayon entre chaque nouvelle création de bâton et chaque nouvelle création de courbe. Cela a pour effet de vous donner une écriture bien plus régulière et donc tout à fait lisible et plaisante à parcourir lors de vos

Hum ! J’ai l’impression d’entendre d’ici les pensées de certains d’entre vous :

– C’est bien beau tout ça ! Mais je n’aurais jamais le temps d’écrire de cette façon tout en portant mon attention sur l’écoute des informations.

Sur le principe, ce n’est pas totalement faux. Mais rappelez-vous que lorsque vous pratiquez la prise de notes visuelles, vous ne cherchez plus à tout écrire dans le détail. Vous cherchez à extraire uniquement les mots clefs. Donc oui, l’écriture en elle-même est légèrement plus longue au début. Mais vous aurez largement le temps d’écrire car seuls quelques mots seront retenus et écris. Et avec un peu de pratique vous gagnerez en rapidité et arriverez à écrire ainsi tout à fait instinctivement.

En vous intéressant aux outils de la pensée visuelle vous investissez sur votre propre personne. L’efficacité de ces méthodes vous permettra de gagner un temps précieux car vous pouvez les appliquer dans tous les domaines qui vous tiennent à cœur. À titre personnel ou professionnel, vous vous surprendrez à les utiliser de façon spontanée et naturelle.

D’ailleurs, attendez-vous à susciter l’intérêt et la curiosité des personnes autour de vous. Il est très possible qu’au terme d’une réunion, quelques smartphones s’allument pour prendre en photo votre sketchnote. Ce dernier sera assurément bien plus compréhensible et agréable à relire que les tristes notes de vos collègues. Vous serez capable de clarifier aisément tous les sujets qui vous paraissaient complexes. Votre rapport à l’apprentissage de nouvelles connaissances en sera chamboulé, pour le meilleur soyez en sûr !

Vous allez vite réaliser que ces trésors, conçus pour un apprentissage différent, sont l’une des clefs pour tirer votre épingle du jeu dans ce monde où règne ce que certains nomment aujourd’hui “l’infobésité”. Être capable d’organiser et de synthétiser toutes ces informations en optimisant votre temps est un don rare et par conséquent recherché. Le top, c’est que vous serez en mesure de la faire d’une façon naturelle et plaisante, en stimulant votre intellect et vos talents créatifs !

Merci à Cyril Maitre ( Formateur) et Kevin Maitre pour leurs aides à la rédaction de cet article.

Yannick Gautier

Yannick Gautier

Souriez, la vie est belle.

Soyez doux avec vous-même

Créateur de l’Institut Gautier

Suivez-nous sur le réseau social de votre choix !

Institut de Formation Yannick Gautier

Faites évoluer votre vie à un niveau supérieur

Institut de Formation Yannick Gautier – Rue du Simplon 5 – 1020 Renens – Suisse – Tel : +41 79 319 13 72

Publié par Laisser un commentaire

Mindmapping et Sketchnoting : deux outils de la pensée visuelle

sketchnoting pour la prise de notes

Pour beaucoup, les méthodes d’apprentissage dites traditionnelles s’avèrent souvent ennuyeuses, voire parfois frustrantes. Que ce soit dans les études ou plus tard dans la vie professionnelle, vous avez tous été confrontés à la lassitude face aux types d’apprentissages passifs.

À contresens de ces schémas, le Mind Mapping et le Sketchnoting visent l’efficience et le plaisir dans la manière dont vous allez organiser et gérer l’information. Cela transforme la manière d’apprendre en amenant l’élève, l’étudiant, ou tout autre apprenant au sens large du terme, à s’approprier son processus d’apprentissage. Vous pouvez ainsi développer de nombreuses qualités telles que votre esprit de synthèse, la structuration de votre pensée, ou encore votre créativité.

                   L’efficience cognitive

Les outils de la pensée visuelle s’inscrivent dans le cadre de l’efficience cognitive. L’efficience cognitive c’est l’optimisation de vos moyens de gestion de l’information au quotidien. Elle touche des domaines très variés comme la lecture rapide, la mémorisation. Mais aussi, et c’est ce qui va nous intéresser ici, la pensée visuelle. Cette dernière regroupe différentes sous branches :

– le Mind Mapping ou carte mentale ou carte heuristique

– le sketchnoting

– la facilitation graphique

– la carte conceptuelle

Ces outils vont vous permettre de clarifier et d’optimiser votre pensée pour faciliter l’acquisition de nouvelles informations et connaissances.

Le Mind Mapping, c’est quoi ?

Le Mind Mapping est un outil de la pensée visuelle parmi d’autre. Il consiste en la création d’une Mind Map, ou carte mentale, qui va vous permettre de synthétiser et d’organiser l’information. Mais pas n’importe comment ! La principale particularité d’une Mind Map est de posséder une structure centralisée et rayonnante.

Structure centralisée car l’organisation des informations part d’un centre pour s’étendre ensuite vers l’extérieur. Les informations à proximité du centre seront les plus pertinentes. Structure rayonnantes car les informations seront distribuées tout autour du cœur de la carte mentale, sur des branches. L’agencement de l’information se fait donc d’une façon logique et arborescente.

Comme pour tous les outils de la pensée visuelle, votre Mind Map va être composée en partie de mots, uniquement sous forme de mot clef, et en partie d’images simples : les pictogrammes. Le raccourci visuel généré par votre Mind Map va permettre à votre cerveau d’optimiser la gestion et l’assimilation de l’information.

D’ailleurs, il est très intéressant de noter que vous allez pouvoir gérer de l’information entrante, mais aussi de l’information sortante.

Cela signifie que vous pouvez utiliser le Mind Mapping pour optimiser l’intégration des informations que vous recevez. Par exemple pendant une conférence, une réunion, un cours oral. Ou même lorsque vous lisez un livre et que vous avez besoin de restructurer l’information qui vous arrive pour vous l’approprier de manière rapide et efficace.

Et l’information sortante ? Ce sont toutes les merveilleuses idées qui poussent et bouillonnent dans votre cerveau et que vous avez besoin de coucher sur le papier. Tous ces concepts que vous voulez arranger à votre façon afin de produire un contenu en lien avec vos objectifs. Par exemple la synthèse d’informations diverses autour d’un thème en vue de rédiger un article. La préparation d’une prise de parole en public ou plus simplement la préparation d’un projet.

En quelques mots, la pratique du Mind Mapping va vous apporter :

  • Une meilleure structuration de vos pensées et de vos idées.
  • Le développement de votre esprit de synthèse.
  • Une facilitation dans vos apprentissages.

  Et le sketchnoting alors ?

Il s’agit donc d’une autre technique de la pensée visuelle. Elle s’articule autour d’éléments similaires : les mots clefs et les pictogrammes. Comme pour la carte mentale, l’information est spatialisée sur la feuille. Mais leurs points communs s’arrêtent ici. Là où votre sketchnote va se distinguer, c’est à travers sa structure. Elle va être plus libre, et donc adaptables à vos besoins et à vos affinités graphiques.

 Vous l’avez vu plus haut, la construction d’une Mind Map implique une architecture avec son centre et ses ramifications. L’atout de la Mind Map est la facilité avec laquelle vous aller la mettre en œuvre et la prendre en main. Sa limite est la rigidité de son agencement. En vous appuyant sur le sketchnoting, vous allez avoir plus de liberté dans votre conceptualisation de l’information. Vous constaterez qu’il existe plusieurs points d’entrées pour démarrer votre sketchnote, ainsi que de nombreuses structures à votre disposition. Tout ceci s’accompagne d’un langage graphique encore plus riche pour décliner vos idées.

Ce langage graphique se compose de :

  • conteneurs (bulles, bannières.,.)
  • connecteurs (différents styles de flèches)
  • séparateurs
  • de puces

Autre différence, la gestion de la couleur sur votre sketchnote sera totalement différente de celle d’une Mind Map. Avec tous ces nouveaux outils à votre disposition, vous allez pouvoir structurer votre représentation de l’information d’une façon très personnalisée.

 

Si vous devez faire une comparaison entre sketchnoting et Mind Mapping, vous verrez que ce dernier est plus polyvalent dans son utilisation. En effet, le Mind Mapping dispose d’un large spectre d’applications déjà évoquées plus haut. De son côté le sketchnoting se focalise sur sa mission principale : vous donnez accès à une prise de note visuelle, soignée et personnalisée.

Que vous souhaitiez faire le résumé visuel d’une conférence. Que vous ayez envie de créer vos propres fiches de révision ou de lecture. Vous serez à même de prendre des notes et de les structurer de manière fun, efficace et en y prenant plaisir. De plus, cette méthode laisse la part belle à votre créativité. Vous vous souviendrez alors de tous ces cahiers remplis de notes manuscrites. Toutes ces lignes de textes que vous n’avez jamais relues tellement ce type de contenu est indigeste et rebutant. En adoptant les outils de la pensée visuelle vous pourrez les jeter une bonne fois pour toutes !

Autre point intéressant : en tant que sketchnoteur, vous ne serez plus un auditeur passif. Votre cerveau sera en mode actif pour dégager les mots clefs pendant votre écoute, les organiser et les coucher sur papier afin d’obtenir une structure globale logique, pertinente et personnalisée par vos soins.

                          Laissez-moi vous parler un peu des connecteurs

Sur une planche de sketchnote, tout comme sur une carte heuristique d’ailleurs, la première étape va être l’identification des idées et des mots clefs. Ceux-ci apparaissent au fil du discours que vous écoutez ou au fur et à mesure du texte que vous lisez. Ces concepts si essentiels, vous allez dans un premier temps les noter sur votre feuille. C’est la base, le corps, de votre sketchnote. Le rôle des connecteurs va être de relier de façon logique ces précieuses informations les unes avec les autres. Ces articulations vont vous permettre de donner du sens et du dynamisme à votre sketchnote.

 Encore une fois, le but n’est pas de capter les informations de façon exhaustive. Mais bien de dégager une structure globale à partir des informations clefs. Grâce à l’utilisation des mots clefs et des connecteurs adéquats, vous aurez une très bonne vue d’ensemble de votre sujet. Vous verrez clairement comment les éléments s’articulent entre eux. Vous comprendrez mieux et plus rapidement les synergies des informations que vous capterez. Et surtout vous les comprendrez en temps réel. C’est précisément cette compréhension qui vous permettra de faciliter le transfert et la restitution des informations collectées lorsque vous serez dans un nouveau contexte.

 En pratique, les connecteurs que vous placerez sur votre sketchnote seront différents types de flèches. Chaque connecteur a son code graphique :

– La flèche simple : lien – direction

– La flèche en boucle : processus, évolution, étape

– La flèche double ou en volume : objectif, résultat

– La flèche en pointillés : en devenir

            Une règle d’or

Cette règle est importante. Je ne peux que vous conseiller de l’afficher bien en évidence, dans le coin le mieux éclairé de votre mémoire. Elle s’applique au Mind Mapping comme au sketchnoting. Et par extension d’ailleurs à tous les outils de la pensée visuelle. Au-delà des principes de construction propres à chacun de ces deux outils, souvenez-vous bien que vous allez toujours :

  • Mettre la forme au service du fond.

Lors du choix des connecteurs de votre sketchnote, par exemple, vous pourrez piocher parmi une grande variété de formes et d’effets. Vous utiliserez donc ces formes et effets en fonction de l’impact visuel que vous souhaitez créer par rapport à l’information que vous collectez.

LIRE LA SUITE ?

Merci à Cyril Maitre ( Formateur) et à Kevin Maitre pour leurs aides à la rédaction de cet article.

Yannick Gautier

Yannick Gautier

Souriez, la vie est belle.

Soyez doux avec vous-même

Créateur de l’Institut Gautier

Suivez-nous sur le réseau social de votre choix !

Institut de Formation Yannick Gautier

Faites évoluer votre vie à un niveau supérieur

Institut de Formation Yannick Gautier – Rue du Simplon 5 – 1020 Renens – Suisse – Tel : +41 79 319 13 72

Publié par Un commentaire

L’humour et le rire sont elles des armes anti-stress covid-19?

covid 19 rire, therapie rire

Ce deuxième article continue sur la thématique du stress et du covid-19  qui nous avons abordé précédemment  dans notre blog.  Grâce à mon activité, j’ai participé plusieurs fois à des séminaires sur le thème de la relaxation et du bien-être. Pendant l’un d’entre eux, en bord de mer, en Vendée (France), j’ai eu un déclic qui m’a donné envie de partager le fruit de cet article avec vous. Sur ce séjour les personnes accompagnées souffraient de stress, de dépression et de burn-out.  La chose qui m’a marqué particulièrement est la confidence de l’un des participants. Il me confia que le fait de rire et de s’amuser comme nous le faisions lui permettait d’oublier ses problèmes et de passer outre ses souffrances. En d’autres termes, d’apaiser son mental, d’apaiser son stress et de retrouver sa joie de vivre. Ok, rire fait du bien, rien de nouveau me direz-vous ? Peut-être, mais savez-vous jusqu’à quel point cela est bénéfique pour vous ? Avez-vous vraiment conscience de tout ce qui se cache derrière les mécanismes du rire et de l’humour ? Comment le rire nous aide à faire face au confinement et à cette pandémie de covid-19 ?

covid-19 humeur

Qu’est-ce que l’humour ?

Il est possible de définir l’humour comme un déclencheur d’émotions. Celles-ci peuvent-être « bonnes » ou « mauvaises » selon la sensibilité bagage émotionnelle de la personne qui reçoit. Cela dépendra aussi du type d’humour utilisé. Humour noir, burlesque, il en existe toute une variété. Le thème est également très important. Le thème de la nationalité par exemple, avec les histoires belges, suisses etc… Tous ces éléments forment un genre de « salade composée » dont le résultat est l’histoire drôle ou le sketch.

Tous ces messages sont reçus et déclenchent (ou non) le rire chez le spectateur. Rire est une réaction inconsciente dans le sens où, dans le moment même où vous riez, vous ne réalisez pas les causes exactes qui vous amènent à rire. Votre mental n’entre pas en jeu dans la réaction qu’est le rire. Cela peut donc toucher aussi bien des zones plaisantes en vous-même que des zones de souffrances. C’est en ce sens qu’il est possible de caractériser l’humour comme un déclencheur d’émotions. Que celles-ci soient agréables ou dérangeantes pour la personne qui rit. Dans les deux cas des bienfaits sur le stress peuvent en être tirés.

Rire et covid-19: l’humour dans la situation actuelle de confinement et de pandémie

Lorsque vous vivez une situation exceptionnelle et difficile comme celle que nous vivons tous actuellement, un lien émotionnel se créé entre vous et la situation. Ce lien sera plus ou moins fort selon les personnes puisque vous êtes tous différents. L’accumulation de peurs va accentuer le stress. Certaines images ou certaines paroles peuvent déclencher des stress post traumatiques.

Ceci dit, vous avez le choix de vivre ces évènements de façons différentes. Tout dépendra du degré d’importance que vous leurs accorderez. Selon le degré de dérision que vous serez à même de tolérer dans ce moment particulier. C’est d’ailleurs toute la subtilité pour l’humoriste que de devoir jauger ce point lorsqu’il se met à exposer une situation dans un sketch.

Si vous prenez toutes ces choses au premier degré, l’humour sera inexistant puisque vous serez cantonnés à la stricte réalité des faits. Vous resterez dans la situation réelle de la catastrophe. Mais si vous prenez tout cela avec un peu plus de légèreté, au second degré, là un détachement commence à opérer. Le recul pris permet de mettre de la dérision et une bonne dose de « non sérieux » dans votre rapport à l’évènement. C’est tout l’intérêt de décoller du premier degré qui, sinon, vous limite à subir la situation. Et c’est ce qui au bout d’un moment  peut créer détresse, stress et souffrance psychologique. En prenant tout ça au second degré, vous êtes à même de dépasser cette souffrance et de la transcendez en quelque chose de drôle et donc d’agréable pour vous. Vous dédramatisez la situation et vous en êtes dissociés, bien que conscients. Car le sujet ici n’est nullement de minimiser l’impact de cette pandémie et son coût en vies humaines. Mais bien de faire en sorte que vous soyez en mesure de garder le contrôle de vous-même face à ces faits. Et cela grâce à une prise de recul vis-à-vis de votre place dans tout ceci, à travers le rire et l’humour.

Mais comment rire d’une tragédie ?

En parvenant à vous détacher du stress de celle-çi, grâce à l’acceptation. Acceptez l’existence de la tragédie dans un premier temps. Vous savez que la souffrance ressentie psychologiquement se caractérise généralement par la non acceptation d’un évènement. Si vous l’acceptez, la souffrance et le stress diminuent instantanément puisque vous, votre corps et votre mental, n’êtes plus en opposition avec la réalité. Des tensions disparaissent alors naturellement.

covid 19 rire, therapie rire

Prenons un domaine qui en effraie plus d’un… Comment accueillir et rire de la mort par exemple ? Et bien déjà en prenant conscience de votre propre mortalité. Cela vous parait simpliste ? Regardez combien de personnes vivent comme si elles ne devaient jamais s’éteindre. Ou bien tous ceux qui ne supportent pas de parler de la mort, et encore moins de leur mort. Pourtant, juste après la prise de conscience et l’acceptation vient la responsabilisation. Et cela peut amener des changements extrêmement positifs dans votre vie. Ensuite vient la phase de l’expression. Elle est libératrice et peut être créatrice. Par l’humour bien évidemment, mais aussi pourquoi pas par la musique, le mouvement, le dessin ou l’écriture. Chacun d’entre vous pourra trouver son support de prédilection.

La thérapie par le rire: les bénéfices du rire et de l’humour face au stress

L’humour peut donc être associé au fait d’oser penser et aborder les évènements en les acceptant entièrement. C’est quelque part une invitation à vous plonger dans la réalité avec la joie et le sourire au coin des lèvres, quelles que soient les circonstances. 

L’humour est un outil sur le cheminement de la prise de conscience et de l’acceptation pour certains. Mais pour d’autres, l’humour sera susceptible de déclencher colère et haine. En général lorsque le recul n’aura pas été pris sur une situation, enfermant l’individu dans le premier degré et son lot de souffrance. Chez d’autres encore c’est la peur qui remontera à la surface en lieu et place du rire.

Le rire provoque donc des émotions. Et la libération de ces émotions provoque des réactions corporelles. Souvent un relâchement du corps qui vous allège. Vous êtes déchargés de vos tensions, de votre stress. Apte à nouveau à vous sentir bien là où vous êtes. C’est la raison pour laquelle humour et rire sont si souvent associés au bien-être.

Revenons un moment à la situation globale actuelle de confinement et de pandémie. Vous développerez peut-être un sentiment d’impuissance. Parfois même de culpabilité car vous êtes bien portant et en sécurité là où d’autres sont en état de détresse respiratoire. Et effectivement, à moins d’être médecin ou soignant vous ne pouvez pas faire grand-chose de façon directe. Mais surtout ne vous acharnez pas à grogner continuellement sur la façon dont est gérée cette crise. Utilisez plutôt votre temps à accueillir, vivre et comprendre ces sentiments d’impuissance ou de culpabilité. Et si vous apprécier l’humour, cela peut être l’un des moyens de dépasser ces sentiments en dédramatisant la situation et en acceptant votre place dans tout ceci. Encore une fois, l’idée n’est pas de s’insensibiliser à ce qui se passe dans le monde, mais bien de prendre le recul indispensable pour que vous puissiez rester pleinement maître de vos émotions. Et ensuite agir au mieux pour vous-même et pour le bien commun.

Des expérimentations scientifiques ont été menées dans le domaine des effets du rire sur la santé. Il a été prouvé que même l’acte de faire semblant de rire déclenche dans votre corps des réactions chimiques bénéfiques. Par exemple la libération d’hormones telles que l’endorphine et la sérotonine. Donc vous pouvez aussi faire du bien à votre corps de cette façon. D’autre part, rire renforce votre système immunitaire en augmentant le taux d’anticorps présents dans votre organisme.  En particulier au niveau de votre nez et de vos voies respiratoires. Le rire vous aide à éviter les migraines, surtout dans les cas de dépressions et d’insomnies. Rire augmentera aussi votre confiance en vous.

covid rire

Libérez vos émotions avec le rire !

Dépassez vos conditionnements : travail, éducation, religion, genre etc… pour sortir du mode défensif dans lequel la plupart d’entre vous êtes éduqués depuis l’enfance. Ce mode vous pousse à contenir vos émotions pour paraitre « bien comme il faut » en société, « bien sous tous rapports ». Le plus souvent par peur du jugement des autres. Le problème c’est qu’en procédant ainsi, vous mettez de la distance avec vous-même. Vous coupez la communication avec qui vous êtes réellement, au fond de vous. Et comment y voir clair dans votre vie si vous avez muselé un morceau de votre véritable identité ?

Heureusement il est possible de détricoter ce « surmoi », tout ce qui vous a été mis en tête depuis toujours et qui vous éloigne de votre nature profonde. Puis de le remettre en lumière dans le présent, en fonction de vos besoins actuels. Vous recentrer sur vous sans avoir peur du regard de l’autre. L’humour et l’autodérision est un outil puissant en ce sens. Souvent les gens craignent d’être ridicules et n’osent pas rire de certaines formes d’humour. Mais plus vous vous accepterez, plus vous serez à même d’accepter toutes les situations qui se présenteront à vous.

Que faire au quotidien pour être de meilleure humeur?

Une piste est le yoga du rire. Discipline qui porte sur le rire et qui touche aux notions corporelles, émotionnelles et spirituelles. Il est possible de travailler avec son corps pour développer son rire et ses effets bénéfiques sur vous.

Allez voir vos humoristes préférés (ou plutôt regardez-les chez vous en ce moment !) est une bonne manière de déclencher le rire. Aussi souvent que nécessaire remplacez donc votre série du soir par un bon spectacle comique.

Changez votre perception des choses. Autorisez-vous à rire de tout ce dont vous avez envie. Affranchissez-vous. Et au-delà de ça aimez-vous pour puisez en vous les ressources qui vous amèneront naturellement à la bonne humeur.

Par rapport à la situation globale actuelle, ne vous mettez pas en position défensive. Accueillez sans subir, ni croire tout et son contraire. Ecoutez et restez objectif sur les risques. Et même s’ils sont réels autorisez-vous à les dédramatiser par l’humour pour ne pas leur donner une emprise sur votre mental, vos habitudes et votre bien-être. Ainsi vous garderez le contrôle et la pleine maitrise de votre expérience de vie. Et avec le sourire en prime !

Vous avez du mal à vous autoriser à rire, à faire de l’humour ?

Alors vous avez sans aucun doute besoin de vous détendre. Prenez du temps pour vous occuper de vous et vous relâcher. Il existe de nombreux outils pour cela. La méditation, la relaxation, la cohérence cardiaque, l’EFT (Emotional Freedom Technique) etc…  Plus vous prendrez le temps de pratiquer cela, plus vous irez vers la compréhension de vous-même et de vos besoins. Une fois vos besoins d’expressions identifiés, passez à l’action en vous exprimant à travers le domaine qui vous intéresse.

Vous voyez mieux à présent comment le rire et l’humour sont étroitement liés à des notions de gestion des émotions : l’acceptation, la prise de recul, la prise de conscience de sa place, la prise d’initiative (de vouloir faire rire), l’écoute de soi et de ses besoins. Des mécaniques très bénéfiques sont à l’œuvre dans le fait de rire et de vouloir faire rire. Alors riez à chaque occasion qui vous est donnée, et faite rire autour de vous. La bonne humeur est extrêmement contagieuse alors aidez-là à se propager partout !

Merci à Alain GUICHETEAU (humoriste) pour son aide à la rédaction de cet article.

Luz Angelly TORRES

Luz Angelly TORRES

Coach en PNL, formatrice à l'Institut Gautier
www.luzangellytorres.ch
www.neurodanse.ch

Suivez-nous sur le réseau social de votre choix !

Institut de Formation Yannick Gautier

Faites évoluer votre vie à un niveau supérieur

Institut de Formation Yannick Gautier – Rue du Simplon 5 – 1020 Renens – Suisse – Tel : +41 79 319 13 72

Publié par Laisser un commentaire

Libérez-vous de votre stress lors du covid-19

meditation confinement covid-19
gestion-stress-covid-19
La période actuelle est unique en son genre. Voilà déjà des semaines que la crise sanitaire liée à l’épidémie du Covid-19 (ou Corona virus) secoue la planète pays après pays. Les informations anxiogènes tournent en bouclent dans les médias. La peur des pénuries, le confinement imposé à de nombreux citoyens. Ces situations augmentent encore le niveau de stress dans la population. Certaines personnes se retrouvent désemparées par ce phénomène soudain et totalement inédit dans l’Europe moderne. Néanmoins, c’est aussi là une opportunité de développement personnel. Une invitation à reprendre le contrôle de vos pensées, de vos émotions et, par extension, de votre vie. Dans cet article je vous explique comment vous libérez de votre stress. Les méthodes que je vous donne sont simples à mettre en place et efficaces rapidement. Découvrez-les et retrouvez votre autonomie dans l’écoute et la maîtrise de vos émotions.

Si vous en appreniez un peu plus sur le stress

Le stress peut se définir comme une manifestation physique désagréable liée à une problématique. Le stress prendra diverses formes et je sais que vous en connaissez certaines. Tachycardie, bouche sèche, main moite, tension musculaire ou au contraire affaiblissement soudain, acidité digestive etc… Tout cela semble échapper complètement à votre contrôle ! Et pour cause, le stress agit sur votre système neuro-végétatif. Ce dernier gère de nombreuses fonctions indispensables sur lesquelles vous n’avez pas de commande directe. La respiration, la transpiration, la digestion et la sécrétion d’hormones pour en citer certaines.

D’où vient le stress ?

D’où vient-il ? Là pas de mystère. Le stress et ses symptômes débarquent lorsque vous êtes face à des situations difficiles. Des problématiques et des incertitudes qui vous effraient. Comme, au hasard, un confinement national imprévu. Mais ce stress, il y a bien longtemps, a aidé l’Homme à survivre au quotidien. Nos lointains ancêtres, qui ne vivaient pas dans notre confort moderne, devaient faire face à de terribles défis. Pris en chasse par des animaux sauvages ou attaqués par des congénères. Dans de tels cas, le corps humain sécrète abondamment des hormones comme l’adrénaline. Ces hormones sont utilisées par l’organisme pour réagir rapidement et efficacement. En particulier dans les situations où votre survie est menacée…

Quels sont les effets du stress sur vous ?

Pour aborder les effets du stress, je dois vous parler du cerveau. Pour ce qui est des réactions induites par vos pensées, le cerveau est incapable de faire la différence entre la réalité et l’imaginaire. Par exemple, une personne a la phobie des araignées. Qu’elle envoie à son cerveau l’information « araignée » car une araignée est juste devant elle, ou bien qu’elle pense au mot araignée, le cerveau l’interprétera de la même façon. Pouvant donc générer la même dose de stress dans l’organisme. Votre système neuro-végétatif va donc être influencé par vos représentations mentales (projections) de la réalité. En d’autre terme, vos pensées négatives et vos peurs vous déclenchent du stress quand bien même vous ne vivez pas la situation réellement.

Revenons à la situation d’épidémie mondiale et de confinement vécue aujourd’hui. Il y a là une source qui peut créer beaucoup d’anxiétés et d’angoisses. L’incertitude quant à la gestion de cette crise. Présentée à l’origine comme bénigne et aujourd’hui prise beaucoup plus au sérieux. Pas de date ferme pour la fin du confinement. Le décompte du nombre de morts en direct. Si vous n’y prenez pas garde ce genre de pensées peut générer beaucoup de stress chez vous. Votre corps va alors sécréter de l’adrénaline et du cortisol qui vont petit à petit polluer votre corps. Votre cerveau pensera que vous êtes dans une situation d’urgence, et libérera ces hormones. Mais comme vous ne les éliminerez pas par votre activité physique dans l’instant, elles vont s’accumuler et causer des dysfonctionnements.

L’accumulation de cortisol est connue pour son rôle de perturbateur des hippocampes. Ces parties du cerveau gèrent le stockage de la mémoire à long terme. Pour évacuer ces hormones inutiles, l’organisme va utilisez vos lymphocytes et affaiblir ainsi votre système immunitaire. Vous voyez où je veux en venir. La boucle est bouclée. Lorsqu’un virus sollicitera votre système immunitaire, il est possible que celui-ci soit trop affaibli pour y répondre convenablement. Le stress que vous laissez s’installer en vous est une porte d’entrée pour les maladies.

Nos conseils pour  maîtriser votre stress durant la période de confinement du Covid-19

  • L’activité physique

Pour éliminer les hormones du stress et, globalement, assainir votre organisme, mon premier conseil est l’exercice physique. Marcher, courir, danser, peu importe mettez-vous en mouvement. L’important est que vous preniez plaisir à pratiquer l’activité choisie. En cette période particulière certains devront faire appel à leur ingéniosité. Il existe de nombreux sites et vidéos pouvant vous aider à trouver des exercices adaptés. Boire également beaucoup d’eau pour faciliter l’élimination.

  • Trouver une « personne ressource » 

sychotherapie crise covid-19

J’entends par « personne ressource » un proche ou un thérapeute à qui vous pourrez confier vos peurs et vos angoisses. Ce qui caractérise les personnes ressources c’est qu’elles ne vous jugeront pas. Elles vous écouteront sans vous conseiller de refouler vos émotions au motif, par exemple, qu’il y a pire ailleurs. Gardez à l’esprit que confier ce flot d’informations négatives ou anxiogènes peut parfois mettre votre interlocuteur mal à l’aise. En particulier dans le cas d’un proche. Ces informations peuvent entrer en résonance avec ses propres peurs. Mais pour avancer vous aurez besoin de faire remonter vos peurs et les émotions qui les suivront. Trouver une personne de confiance pour vous accompagner et vous épauler est mon deuxième conseil.

  • Pratiquer la cohérence cardiaque

La cohérence cardiaque est une méthode de respiration relaxante. Je vais vous en donner les étapes mais vous pourrez également retrouver des tutoriels vidéos sur You Tube ou en utilisant l’application Respirelax.

Il s’agit simplement :

  • D’inspirer à fond par le nez pendant 5 secondes
  • Puis d’expirer à fond par la bouche pendant 5 secondes

Et cela pendant 5 minutes.

Il est tout à fait possible que vous ressentiez un léger vertige les premières fois. Votre cerveau n’est alors pas habitué à recevoir autant d’oxygène. Votre corps va s’adapter naturellement au bout de quelques cycles. Ce type de respiration permet d’éliminer le cortisol. Cela agit aussi au niveau de votre tension intérieure. Par exemple si vous  mangez pour compenser vos peurs. Vous verrez alors que vous mangerez en conscience, plus lentement, et en savourant mieux. Dans ce cas, faite-le avant chaque repas. L’état de bien être que vous ressentirez agira en moyenne 4 heures.

Cet exercice améliore la mémorisation, la concentration. Idéale pour la lecture !

Reprendre le contrôle de votre respiration c’est aussi reprendre le contrôle de vous-même. Pas de métaphore ici mais bien une réalité que vous pourrez ressentir rapidement en pratiquant la cohérence cardiaque. Elle vous permet de récupérer la maitrise de votre respiration et de vos émotions tout en vous apaisant. Une fois dans cet état vous êtes prêt pour…

  • La méditation et l’écoute intérieure

covid-19 meditation

En plus de la technique de cohérence cardiaque qui va vous amener à un état d’apaisement nerveux, je vous conseille la méditation et l’écoute. J’entends par là prendre le temps de  vous poser, l’esprit détendu, pour écouter vos mouvements intérieurs. Ces pensées négatives, ces peurs. Laissez les venir et observez les, puis laissez-les partir. Cela paraît trop simple ? Essayez d’abord.

Vous entendez souvent à droite et à gauche que vous êtes créateur de votre vie. Dans ce domaine c’est sûre, vous êtes co-créateur des peurs que vous entretenez. L’excellente nouvelle c’est que vous avez le potentiel pour y faire face. Cela demande « juste » de prendre du temps pour, et avec vous-même. Révélez-les, ne les enterrez pas. Écoutez votre corps, vos sensations. Ici seule l’expérimentation pourra vous permettre d’en découvrir plus sur vous-même. C’est une aventure toute personnelle dont le seul risque est de mieux vous connaître. Une fois vos peurs identifiées, écoutez-les s’exprimer à travers votre corps. Sentez-les se décrochez de vous.

  • Mon outil quotidien : le Tapping

L’écoute profonde  et la méditation nécessite un certain temps de mise en place. C’est pourquoi je vais vous parler de l’EFT pour Emotionnal Freedom Technique, technique de libération émotionnelle. Concrètement il s’agit de tapotements, ou tapping en anglais, sur des points d’acupuncture ayant pour objectif la relaxation. La méthode traditionnelle prend environ 3 minutes à mettre en pratique. Cela n’est pas très long. Mais trop pour que vous preniez le temps de le pratiquer lorsque vous en aurez besoin. Personnellement, j’utilise le faster EFT (ou EFT rapide) mis au point par l’américain Robert Smith. Il peut m’arriver de le faire une quinzaine de fois par jour car cela ne prend que 6 secondes, c’est tellement rapide ! Comme partout, plus vous pratiquerez, plus le protocole sera efficace et gagnera en instantanéité. Vous basculerez d’un mode « tendu » à un mode « zen » en quelques instants. Vos  problèmes trouveront leurs solutions, vos situations difficiles se changeront en opportunités. Cette technique marche aussi très bien avec les enfants. Apprenez leurs cette méthode et utilisez-la avec eux dans les situations nécessitant calme et apaisement.

Le  protocole du faster EFT a été simplifié et amélioré par René ZORRILLA dans nouvelle Technique de Pacification Émotionnelle ou TPE. Il consiste en un tapping rapide sur 4 points : entre les yeux, au coin de l’œil, sous l’œil, sur la clavicule. Après le tapping, associez à cela la respiration. Une inspiration par le nez et expiration puissante par la bouche en prononçant un mot qui vous fait du bien (paix, cool, zen, sérénité etc…).

Et si vous testiez maintenant, là, tout de suite ?

Tout d’abord choisissez le mot relaxant que vous prononcerez à la fin du protocole.

Ensuite prenez le temps d’écouter comment vous vous sentez.

Ressentez-vous une tension dans la poitrine, dans le ventre, dans le dos ?

Evaluez ces tensions de 0 à 10

 

 

Maintenant testez :

  • Un tapotement rapide, entre les deux yeux en disant « je relâche tout ça »
  • Puis au coin de l’œil, « je laisse partir tout ça »
  • Sous l’œil « je peux tout libérer »
  • Sur la clavicule « je suis en sécurité, je laisse tout cela partir ».
  • Prenez une profonde inspiration par le nez, serrez votre poignet entre votre pouce et votre index et soufflez en prononçant le mot que vous aurez choisi.

Ré-évaluez la tension dans votre corps entre 0 et 10.

A-t-elle augmenté, a-t-elle diminué ?

 

Il est possible qu’elle augmente lors de vos premières tentatives si vous avez des barrières à faire sauter. Si c’est le cas je ne peux que vous encouragez à répéter le protocole car il a de l’effet sur vous. Il vous permet de dépasser certaines pensées limitantes et de faire remonter vos émotions.

Après cela, je vous encourage à  visualiser un moment qui vous est particulièrement agréable et de l’ancrez dans votre esprit.

Cela paraît très simple. Trop simple sans doute pour certains. Efficacité et simplicité sont très souvent compatibles. D’autre part, ne confondez pas simplicité et facilité. Cette méthode est très simple mais elle vous demande de vous mettre à l’écoute de vous-même. Il est bien plus facile de ne rien faire et de refouler toutes vos peurs et vos émotions… en tout cas dans un premier temps puisqu’elles reviendront inévitablement vous déstabiliser. Sauf si vous apprenez à les gérer. Passer à l’action dans ce domaine, c’est aussi ça devenir « adulte émotionnellement ».

Et l’avantage c’est que vous allez pouvoir utiliser l’EFT gratuitement, rapidement et en autonomie aussi souvent que vous le souhaiterez.

Alors prenez le temps de l’utiliser au quotidien ! Juste 6 secondes !

Et la suite ?

Pour conclure, je dirais que nous sommes dans une période de transition unique. Profitez-en pour vous libérer. Sachez également que comme pour les trains, une peur peut en cacher une autre et vous aurez sans doute à dérouler votre pelote de peurs comme les chats déroulent les pelotes de laine. Soyez sûre que c’est une aventure merveilleusement  enrichissante.

C’est l’occasion de faire un grand ménage en vous. Et pourquoi pas vous rapprochez de thérapeute. Par exemple des praticiens en TPE, Technique de Pacification Emotionnelle pour aller encore plus loin. Vous libérer de souvenirs et autres réminiscences de situations qui vous créez des blocages aujourd’hui.

Vous pourrez transformer des souvenirs douloureux et des croyances limitantes en nouvelles expériences et opportunités. Que ce soit dans le domaine du travail, des relations sociales ou de votre rapport à l’argent. Ces thérapeutes vous accompagneront et vous montreront que vous disposez de toutes les ressources nécessaires. Leur objectif est de vous mener vers la gestion émotionnelle autonome.

C’est l’opportunité de grandir ! Venez découvrir, et vous découvrir.

Quand vous aurez retrouvé calme et sérénité intérieure, vos proches vous demanderont peut-être comment vous avez fait. Expliquez-leur, partagez ces méthodes s’ils le souhaitent.

Et si ce domaine vous passionne, venez-vous former. Aidez à votre tour les autres à reprendre le contrôle de leur vie.

Yannick Gautier

Yannick Gautier

Souriez, la vie est belle.

Soyez doux avec vous-même

Créateur de l’Institut Gautier

Suivez-nous sur le réseau social de votre choix !

Institut de Formation Yannick Gautier

Faites évoluer votre vie à un niveau supérieur

Institut de Formation Yannick Gautier – Rue du Simplon 5 – 1020 Renens – Suisse – Tel : +41 79 319 13 72

Publié par Laisser un commentaire

Comment se libérer des phobies ?

 

Yannick Gautier, infirmier, thérapeute et créateur de l’Institut Gautier va vous présenter comment la Technique de Pacification Emotionnelle (TPE) aide à dissoudre une phobie.

Il s’agit d’une technique simple à apprendre et à appliquer, efficace et rapide, pour aider à soulager rapidement et de manière très efficace toutes situations de stress émotionnel, souvenirs traumatisants, reprogrammation de situations limitatives, élimination de phobies et d’angoisses et bien d’autres applications pour le bien-être au quotidien.


Cette conférence a eu lieu à Lausanne le 20 février 2020 et nous vous proposons de la visualiser sur notre chaine youtube ci-dessous.

 

CONFERENCE: SE LIBERER D'UNE PEUR OU D'UNE PHOBIE GRACE AU TPE

Suivez-nous sur le réseau social de votre choix !

Institut de Formation Yannick Gautier

Faites évoluer votre vie à un niveau supérieur

Institut de Formation Yannick Gautier – Rue du Simplon 5 – 1020 Renens – Suisse – Tel : +41 79 319 13 72

Publié par Laisser un commentaire

Regrette rien

meditation gestion stress

Chers lecteur, voici mon article paru dans la revue Recto Verseau d’octobre 2019 où je vous explique comment je soigne les personnes traumatisées avec la Technique de Pacification Émotionnelle ou TPE ?

Non, rien de rien, non je ne regrette rien !

C’était au printemps 2007, j’étais allé au cinéma voir le fameux film « La Môme ». J’ai été bouleversé par la terrible fin de l’histoire d’Édith Piaf après le tragique décès de son amoureux Marcel Cerdan. J’ai été terrifié de voir l’impact que ce stress post traumatique ou PTSD a eu sur la santé de l’artiste.

Ce genre de stress, j’en ai souvent rencontré lors de ma carrière d’infirmier dans les institutions psychiatriques. Les traitements étaient toujours les mêmes : on traite les symptômes avec des antidépresseurs, des anxiolytiques et parfois des neuroleptiques. Nous évitions de trop parler des souvenirs traumatiques car la symptomatologie du patient empirait et nous avions des difficultés à accueillir ses émotions souffrantes. En effet, le souvenir du traumatisme hante constamment la victime et il tourne en boucle dans sa tête. Stéphanie, une patiente de 45 ans, luttait tous les jours pour ne pas penser au viol qu’elle avait subi par son professeur de natation. Elle disait qu’elle ne voulait pas y penser et tous les jours revivait en même temps à l’identique cette agression. Il me semble inutile de revivre un traumatisme, sauf si c’est pour s’en libérer, et ce n’est pas toujours simple de vouloir se soigner d’un souvenir traumatique. En effet, surtout dans les deuils, certaines personnes croient que c’est une façon de garder l’être aimé près d’elles en restant dans la souffrance. C’était le cas avec Isabelle qui était hantée par l’image de sa mère dans un tiroir de la chambre froide du service d’autopsie de l’hôpital. Au bout de 3 ans, elle était devenue alcoolique, avait perdu son travail suite à un abandon de poste et seule la consommation dalcool le soir apaisait sa souffrance en rendant les images plus troubles, lui permettant de dormirJusqu’au moment où les services sociaux la menacèrent de lui retirer la garde de son fils.

Le Post Traumatic Stress Disorder ou PTSD va souvent amener une perturbation des capacités cognitives de la victime. Ainsi Paul, qui s’était fait agresser par son chef, avait de la peine à se concentrer et à mémoriser les informations que ses collègues lui transmettaient. Il avait peur de souffrir d’une démence et me demandait s’il n’avait pas la maladie d’Alzheimer. De plus, à la fin d’une séance de Technique de Pacification Émotionnel TPE où les angoisses et les images traumatiques étaient dissoutes, il avait beaucoup de peine à se projeter dans l’avenir. Il vivait depuis trop longtemps dans la survie et ne supportait rien d’autre que le présent.

Cela demande aux praticiens en TPE de préparer le patient à la suite. Lorsque nous lui posons des questions sur son problème il est important de l’aider à commencer à se visualiser sans son trouble. Cela va nous aider à relever ses résistances et lui permet d’envisager de l’espoir. C’est une phase importante avant qu’il se confronte à ses sentiments de vide et à faire face à l’inconnu durant la séance. Comme le disait Virginia Satir : « l’instinct le plus fort de l’être humain, c’est le besoin du familier ».

Le but du traitement du stress post traumatique est d’abord de dissocier les sentiments des images du trauma afin de transformer le souvenir. Comme l’écrit Richard Bandler, le co-créateur de la Programmation Neuro Linguistique, les souvenirs sont utiles pour apprendre des leçons de nos erreurs du passé, pour nous remémorer des moments heureux et pour guider nos comportements vers la satisfaction de nos besoins affectifs.

C’est en tapotant plusieurs fois sur quatre points d’acuponctures et en lui faisant répéter « je relâche et laisse partir » que les angoisses d’Isabelle se sont dissipées. Puis c’est en alternant avec le souvenir de la joie de son fils après avoir gagné son match de foot le samedi passé, qu’une confusion s’est créée dans son esprit et qu’elle voyait ensuite un sourire se dessiner sur le visage de sa maman décédé. « Elle est soulagée maintenant, elle avait tellement souffert… » s’exclama Isabelle.

Pour Stéphanie, il a fallu aussi travailler particulièrement sur les sous-modalités des images en les rendant plus floues, en noir et blanc, en les faisant reculer… mais aussi en introduisant une musique de cirque que j’ai chantée (ce qui est encore plus perturbant !). Rapidement, Stéphanie s’est dissociée du souvenir de son viol. D’abord en se voyant dans la scène sous la douche puis en la faisant disparaître par un nuage de vapeur.

Il est important de terminer la séance avec des sensations agréables. Avec le tapping, nous allons faire disparaître les sentiments souffrants pour ensuite « ancrer » des émotions de plaisir, de joie, de légèreté… C’est ce qui a permis à Paul de se projeter dans son futur où il se voit se faire respecter par différentes autorités au travail et aussi par son père.

En tant qu’infirmier en psychiatrie, j’ai été surpris de constater comment une expérience douloureuse pouvait être transformée par des approches comme la PNL (Programmation Neuro Linguistique), l’EFT (Emotional Freedom Technique) ou l’hypnose. Je suis cependant toujours stupéfait d’observer les impacts qu’a la combinaison de ces trois approches sur les traumatismes, les douleurs chroniques, les addictions, les deuils ainsi que sur les délires psychotiques. J’ai beaucoup de gratitude en voyant les patients entrer dans mon cabinet avec la lourdeur de leur passé et en sortir plus léger, le regard brillant, avec des nouvelles ressources et des projets d’avenir.

Je suis très heureux que depuis cette année, la formation de Praticiens en TPE aura lieu en Suisse et en français.

C’est avec une pratique quotidienne du tapping et en faisant quelques séances avec d’autres praticiens que j’ai pu « guérir » plusieurs de mes blessures affectives et transformer ma vie. Je suis actuellement très heureux d’être sorti de mes victimisations et d’avoir pleinement accepté la responsabilité de mon vécu affectif et de pouvoir chanter « Non rien de rien, non je ne regrette rien, c’est payé, balayé, oublié, je me fous du passé… ».

Yannick Gautier

 

La TPE, c’est quoi ?

La Technique de Pacification Émotionnelle ou TPE est une technique développée par René Zorilla et son équipe après de nombreuses années d’études et de travail sur des milliers de clients.


Il s’agit d’une compilation de techniques tranchantes et de processus qui intègrent les éléments les plus efficaces de l’EFT (Emotional Freedom Technique – Technique de libération émotionnelle), de la PNL (Programmation Neuro Linguistique), ainsi qu’une compréhension scientifique, sans oublier la grande habilité de l’esprit à se transformer lui-même. Un des aspects les plus importants dans la TPE est sa rapidité et sa précision.

Il se base sur un système de croyances saines et logiques. Grâce à cette combinaison d’outils efficaces, la TPE peut rapidement transformer la manière dont vous vous représentez le passé, transformer vos perturbations présentes et vous offrir un avenir plus serein.

Yannick Gautier est infirmier, thérapeute, coach et formateur. Il organise les formations de praticiens en TPE en Suisse, au sein de son institut www.yannickgautier.com

 

Télécharger l’Article-rectoverso trauma

Suivez-nous sur le réseau social de votre choix !

Institut de Formation Yannick Gautier

Faites évoluer votre vie à un niveau supérieur

Institut de Formation Yannick Gautier – Rue du Simplon 5 – 1020 Renens – Suisse – Tel : +41 79 319 13 72

Publié par Un commentaire

Relations au travail

“Wouhou ! Qui a encore décroché le gros lot en rendez-vous clientèle, il est pour qui le contrat à 2 millions ! C’est qui le Patron ?!” 

Rageant hein ces collègues qui réussissent l’impossible et tout le temps en plus mais… il faut bien reconnaître qu’ils se lancent toujours des défis fous qu’ils relèvent haut la main.

Le type de personnalité dominant chez ces individus font qu’ils exploitent assez facilement les ressources liées au challenge, à l’accomplissement des projets par l’action etc. La bonne nouvelle ? C’est que nous disposons TOUS de ces ressources et selon nos caractéristiques dominantes nous y accédons plus ou moins aisément. Si le goût du risque et du challenge ne vous paraît pas familier dans votre personnalité, c’est tout simplement que cette caractéristique est plus éloignée de votre base dans votre structure, ce qui ne veut pas dire que vous ne pouvez pas en développer les points forts. En revanche, si ce comportement de fonceur vous parle, c’est que l’énergie Promoteur n’est pas bien loin.

Imaginez maintenant un service commercial avec l’employé que tout le monde apprécie parce qu’il ou elle a toujours la petite attention qui va bien, qui a pensé au gâteau du collègue qui fête son anniversaire, se souciant du bien-être de ceux qui l’entoure : hé oui, on a tous connu ce collègue sympa qui déteste le conflit et qui aime faire plaisir. Certains pourraient le trouver un peu « trop flexible » car sous stress ce type de personnalité a tendance à se sur adapter à son interlocuteur acquiesçant ses propos pour ne pas froisser …Il y a aussi ce commercial super organisé qui n’est jamais ou rarement pris au dépourvu car il a toujours un plan B mais qui dans un moment de tension viendra souvent vérifier et contrôler que les travaux avancent comme prévu. D’ailleurs, il sera prêt à tout gérer lui-même pour être sûr que tout sera parfaitement exécuté quitte à faire des journées à rallonge pour atteindre ce but.

Il y a encore ce collaborateur qui adore débattre de tous types de sujets à la pause dèj quand d’autres auront plutôt besoin de s’évader en solo pour se couper de toute agitation même professionnelle. Ce dernier se retrouve d’ailleurs parfois taxé « d’insociable ». Pour finir, vous avez sûrement croisé cette boule d’énergie qui n’en loupe pas une pour s’éclater, faire des blagues et qui réagit à tout avec une spontanéité déconcertante !

Peut-être vous êtes-vous reconnu en l’un ou plusieurs de ces protagonistes ? C’est normal, nous disposons tous de ces caractéristiques à une échelle qui nous est propre et dans un ordre donné. C’est notre structure de personnalité. L’étude et la compréhension de notre structure et de celle de notre entourage offre bien des possibilités et propose une nouvelle vision qui contribue à l’amélioration de la qualité de nos échanges et à une gestion de nos séquences de stress.

Ça parait facile dit comme ça ! Eh bien, ça l’est ! L’art de ce modèle est justement de transmettre la compréhension de concepts subtils et complexes de la plus simple des manières.

Dans le monde des Bisounours, tout le monde s’aimeraient, comprendraient les besoins et comportements de l’autre et tout le monde se toléreraient mutuellement ! Nous prendrions en compte nos besoins et nos mécanismes de stress : cependant encore faut-il les connaitre et les reconnaître…

Ce qui n’est un scoop pour personne c’est que dans le microcosme de l’entreprise, les rumeurs et incompatibilités d’humeur font parties du lot quotidien ! Mon associée et moi-même venons du monde de l’entreprise et avons pu observer bien des situations quand nous n’en étions pas nous-mêmes actrices.

Combien de collègues avons-nous vu demander à changer de bureau quand ce n’est pas à changer de service, combien de managers se plaignent de ne pas se faire comprendre par leurs collaborateurs malgré leurs bonnes intentions, combien encore subissent les effets du stress quotidien rendant leurs efforts contre-productifs…

Cette réalité est d’autant plus constatée aujourd’hui, à l’ère où nous entendons chaque jour parler de Burnout, de dépression, de stress au travail et à la maison …

S’il suffisait de simplement clouer le bec aux chaines d’info en continu pour se sentir mieux en éteignant son poste de TV (même si cela y contribue), cela se saurait depuis longtemps !

Néanmoins, nous avons découvert un moyen révolutionnaire qui permet bien des améliorations dans notre vie quotidienne et dans nos relations tant dans la sphère privée que professionnelle.

D’ailleurs, qu’on le veuille ou non, les deux univers sont liés et s’impactent réciproquement.

Je ne sais pas pour vous, mais de notre côté, nous avons toujours eu un mal fou à comprendre cette idée qui consiste à laisser notre vie privée et ce qu’elle implique aux portes du lieu de travail et vice et versa… Si nous sommes en mal être dans notre vie privée, il y a de fortes chances qu’il y ait des répercussions au travail et le contraire est vrai aussi.

Nous avons-nous même généré lors de pics d’activité stressants, une mauvaise humeur que nous déversions injustement sur nos proches une fois de retour chez nous.

Le jour où nous avons compris qu’il n’était pas possible de fonctionner de cette façon et que cela créait en nous un déséquilibre, nous nous sommes alors tournées vers des domaines d’expertise qui prônent le fait d’être en accord avec ses valeurs et de répondre positivement à ses besoins psychologiques. Nous avons alors constaté que non seulement l’atteinte de cette homéostasie est possible mais surtout qu’elle est nécessaire pour exceller et s’épanouir quotidiennement.

Se comprendre pour mieux comprendre les autres : c’est la promesse du Modèle Process Communication® conçu par le psychologue américain Taibi Kahler dans les années 70’. Ce modèle a été tellement probant que la NASA en a financé les études et le développement afin de l’expérimenter pour constituer ses équipes d’astronautes.  Être sur la même longueur d’ondes n’aura jamais été aussi simple.

Quelques explications s’imposent…

Nous percevons le monde à travers notre BASE. Selon le Modèle Process Communication®, il y a 6 manières de percevoir l’information et c’est ce qui explique par exemple, que plusieurs personnes assisteront à la même scène mais la décriront différemment. Selon la base de chaque individu, l’expérience se vivra à travers les 6 filtres suivants : celui de l’émotion, de l’opinion, des faits, de l’action, de l’imagination ou encore de la réaction. La connaissance de cette base est essentielle pour adopter le bon registre et le bon canal de communication avec son interlocuteur. Ces perceptions sont relatives aux bases suivantes : Empathique, Persévérant, Travaillomane, Promoteur, Rêveur et Rebelle.

Je me rappelle la fois où un manager avait lancé une blague en début de réunion pour détendre l’atmosphère.

Personnellement, j’avais été touchée par cette attention sympa pour mettre à l’aise les collaborateurs avant de passer aux choses sérieuses. « C’est vraiment agréable d’avoir un chef d’équipe qui pense à mettre un peu de joie lors de nos réunions. »

Carine, elle, ne comprenait pas que ce comportement puéril puisse avoir lieu dans un tel contexte où les enjeux étaient très importants à ses yeux. Elle n’hésite pas à donner son avis : « Je trouve intéressant de lâcher la pression, cela dit je pense que ce contexte ne s’y prête pas, il y a les spectacles d’humour pour ça non ? »

Karima, cherchait à comprendre l’intérêt de cette intervention qui n’apportait rien de factuel à l’avancée de la réunion. « Je ne comprends pas l’utilité de cette blague, nous avons perdu 5 minutes précieuses. Quel est l’ordre du jour svp ? »

Bruno lui lance un « Bref mais efficace comme toujours Boss ! Alors il est où ce fameux classement qu’on avance un peu. »

Jérôme, sourit et repart dans ses pensées. « J’imagine bien raconter cette blague à mes amis… »

Puis enfin, Véro qui s’esclaffe de rire : « J’adore ces ambiances de travail ! Trop top ta blague ! »

Voilà l’exemple d’une situation classique qui met en exergue les différents types de personnalité comment une même situation sera perçue par ces différents profils.

Outre cette base qui nous est immuable et qui nous caractérise dès nos premiers mois de vie jusqu’aux derniers, il y a le concept de phase qu’à découvert Taibi Kahler et qui détermine où se trouve notre motivation.

Selon la phase dans laquelle nous nous trouvons, il sera plus facile de booster notre motivation dans quelques domaines que ce soit.

Quel manager ne rêverait pas de trouver facilement le levier de motivation de chacun de ses équipiers. Car, vous l’aurez compris, il y a autant de sources de motivation que de phases de personnalité. Aussi, un management uniformisé ne saurait convenir dans un univers où la prise en compte de l’individu dans son exhaustivité est primordiale pour un accompagnement de qualité.

Ce que nous vous proposons à travers l’assimilation de ce modèle, c’est de disposer d’une grille de lecture opérationnelle pour vous-même dans un premier temps. En effet, cela vous permettra de libérer davantage vos ressources, de les développer, de gérer consciemment le stress et les émotions propres à votre structure.

Dans un deuxième temps, l’acquisition de ces connaissances vous permettra de cerner rapidement le type de personnalité que vous avez en face de vous, qu’il s’agisse de collègues de clients ou encore de vos proches. Ceci afin de parler le même langage, désactiver rapidement les séquences de stress et tout simplement être en phase avec les gens qui vous entourent en axant votre communication de manière adaptée et personnalisée.

Notre vocation est de vous transmettre des clefs efficaces afin de gagner en performances et en qualité relationnelle ainsi qu’en bien-être.

Opalys Formation vous propose une journée où nous aurons l’occasion de vous faire découvrir le modèle Process Communication®, ainsi que des techniques de gestion du stress et des émotions. Elles vous seront utiles dans toutes les situations et vous pourrez les mettre en pratique pour vous-même et votre entourage.

Nos parcours scolaires, nos expériences professionnelles, nos diverses formations dans le domaine du bien-être, de la communication, d’outils efficaces dans l’accompagnement personnalisé nous permettent aujourd’hui de fournir une prestation de qualité.

Cette journée de découverte du modèle constituera une belle avancée pour chacun à titre individuel et collectif. Vous serez bluffé par ce qui va être mis en lumière à l’issu de cette journée rythmée entre apport théorique et exercices pratiques.

Nous aurons plaisir au cours de cet évènement à partager avec vous ce qui a fonctionné pour nous et pour bien d’autres encore.

Apprendre à Process Communiquer facilite considérablement les rapports « Parce que nous n’avons encore rien trouvé de mieux que de se parler pour se comprendre ».

 

A bientôt,

Firdaws & Bouchra

Opalys Formation

Publié le 5 décembre 2019 sur www.opalysformation.com

Suivez-nous sur le réseau social de votre choix !

Institut de Formation Yannick Gautier

Faites évoluer votre vie à un niveau supérieur

Institut de Formation Yannick Gautier – Rue du Simplon 5 – 1020 Renens – Suisse – Tel : +41 79 319 13 72